Le blogue de l'Équipe Morris

Communiquez avec nous au (514) 644-0000

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

Comment aider votre enfant à acquérir sa première propriété?

Posté par le dans Immobilier
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1848
  • Imprimer

La hausse des prix enregistrée depuis une dizaine d’années rend l’accès à la propriété de plus en plus difficile pour les jeunes adultes. C’est pourquoi plusieurs parents souhaitent aider leurs enfants à devenir propriétaires. Mais comment?

 

1. Le don en argent

Pour aider son enfant à acheter, un des moyens les plus simples demeure le don en argent. On peut verser le montant requis pour une mise de fonds ou la somme totale pour l’achat de la maison. Au Canada, les dons en argent ne sont pas imposables, quelle que soit la somme. Lui donner l'argent au moment où il en a besoin est une façon de devancer son héritage. Votre courtier hypothécaire pourra vous renseigner sur la façon de procéder.

 

2. Le prêt

Vous pouvez également lui prêter la somme à un taux d’intérêt inférieur à celui des institutions financières. À noter: vous devez déclarer le revenu d’intérêt. Informez-vous auprès d’un professionnel dans le domaine.

 

3. La caution

Votre enfant a de la difficulté à obtenir un prêt hypothécaire? Il est en effet possible que les institutions financières hésitent à lui en consentir un vu que son crédit n’est probablement pas encore très solide. Pour l’appuyer financièrement, vous pouvez alors le cautionner. Votre responsabilité? Payer les versements hypothécaires dans le cas où votre enfant ne pourrait le faire.

 

4. L’achat en copropriété

Vous pensez devenir copropriétaire de la maison avec votre enfant? C’est un investissement intéressant qui pourrait vous permettre de faire des profits lors de la revente. De plus, la banque calcule que vous n’êtes responsable que de 50 % des paiements, contrairement à 100 % avec la caution. Mais rappelez-vous qu’un particulier n’a le droit qu’à une seule résidence principale. Le logement acquis en copropriété est considéré comme une résidence secondaire et sera assujetti à l’impôt sur le gain à capital.

Commentaires